Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Les professionnels en archéologie partagent ici-même leurs connaissances dans le domaine, mais également : les nouvelles technologies utilisées, les chantiers en cours de fouilles, etc...

Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:12

La fortification protohistorique d’Olloy-sur-Viroin : la porte occidentale, campagne 2009

Eugène Warmenbol, Jean-Luc Pleuger

(parc. Cad. Viroinval, Dourbes, 8e Div., 2e feuille, nos 919, 920, 585, 584, 577m, 586p et 586l ; coord. Lambert 165,675 est/85,175 nord)

La fouille de la fortification d’Olloy-sur-Viroin s’est poursuivie pour la sixième année durant le mois de juillet 2009, sous l’égide des autorités du Ministère de la Région Wallonne (SPW). Cette année, la campagne a consisté en la fouille de la porte occidentale.

FOUILLE DE LA PORTE OCCIDENTALE

La porte occidentale, orientée face au versant ouest donnant sur le Viroin, est déjà protégée à l’extérieur de la fortification par une pente rocheuse dont la déclivité est très marquée.
Nous avons été surpris par la robustesse de la structure, d’autant qu’avant la fouille le terrain marquait une ouverture dans les remparts relativement étroite (trois mètres tout au plus à la base) et une entrée parfaitement horizontale, dans la largeur du chemin existant, mais aussi sur son côté sud (au moins sur quatre mètres) et au nord (environ un mètre cinquante).
Au vu de l’importance du travail que constitue la fouille de remparts protohistoriques, la largeur de la « tranchée » d’investigation avait été calculée en fonction de l’ouverture encore visible de la fortification, de façon à recouper celle-ci de part et d’autre, soit 3 mètres 75 sur une longueur de 25 mètres. Il s’est avéré que la porte n’avait pas tout à fait l’orientation du chemin actuel et qu’elle était plus large que la trouée du rempart. La fouille de cet accès à la fortification devra donc être poursuivie en 2010, lors de notre prochaine campagne ; la fouille a d’ailleurs été laissée ouverte en vue de l’achèvement du travail.

Le fossé, profond de 1 mètre 42 à l’endroit du profil nord, de 1 mètre 64 à l’endroit du profil sud et large de 4 mètres 07 au nord de la fouille, de 4 mètres 32 au sud de la fouille, est traversé par un massif de roche horizontal bien taillé de 4 mètres 30 de large constituant un passage, en alignement avec deux trous de poteau qui constituent la poutraison verticale de la paroi nord du couloir d’accès. L’autre partie du couloir, au sud, reste encore à dégager. Le fond du fossé a une allure horizontale, tandis que les bords sont taillés plus ou moins verticalement. Le flanc rocheux nord du passage d’accès fait apparaître la trace taillée en « auge» d’une phase plus ancienne de creusement du fossé. Cette trace est encore visible dans le profil opposé nord, sous forme de plusieurs pierres plates épousant cette forme en « auge ».

Les trous de pieux sont d’une dimension plus importante (entre 49cm et 71cm de diamètre) que ceux dégagés en 2006 lors de la fouille de la porte du rempart oriental. Une série de trois trous (17004, 17005 et 17007) creusés en pleine roche calcaire, sont alignés sur le bord nord du passage rocheux de l’entrée ; l’écartement entre les poteaux du « couloir » est de 2 mètres 67, leur profondeur est de 0,50 et 0,67m par rapport à la surface rocheuse ; un quatrième semblerait être « central » à l’arrière du couloir ; il n’est en tous cas ni aligné sur les autres, ni sur le bord sud du passage rocheux. La fouille 2010 nous donnera le plan complet de cette porte, bien que celui-ci soit déjà très compréhensible, de par l’excellente conservation des vestiges.

Un parement en pierres calcaires plates, dont les trois tas restants sont bien alignés verticalement a été recoupé par les deux profils, de part et d’autre de la « tranchée » d’investigation, en retrait de 1,73m du fossé. La coupe dans le rempart oriental avait permis d’établir qu’il s’agissait d’un type « Murus Gallicus » mais pas dans le cas de ce rempart occidental. Il faut insister sur le fait que les poteaux sont plus massifs et que l’on décèle deux périodes dans la construction du fossé. Les prochaines datations radiocarbone pourront vraisemblablement nous aider à en déterminer la chronologie plus précisément.

Le matériel recueilli est beaucoup moins abondant en éclats de silex que le secteur du rempart occidental fouillé en 2005, situé plus au sud. Par contre le matériel osseux humain est abondant, surtout dans le fossé, et en périphérie du passage rocheux avant (plusieurs maxillaires inférieurs, quelques fragments de calottes crâniennes et de nombreuses dents), ce qui fait penser aux pratiques de mutilations et d’expositions de têtes-trophées de l’époque.
Du matériel en fer, tels que clous, petites fiches, mais aussi pointe de lance ont été mis au jour à l’intérieur du couloir ainsi que quelques fragments de poterie noire.


QUELQUES DATATIONS RADIOCARBONE

Pour rappel, le « Plateau des Cinques »,est un long éperon calcaire surplombant le Viroin d’une soixantaine de mètres. Il se trouve tronqué par la présence de deux remparts délimitant un espace occupable d’environ 3 ha. Les deux levées, dont la plus importante, à l’est, atteint toujours 1,80 m de hauteur, sont flanquées chacune d’un fossé extérieur. Les travaux de 2004 à 2008 ont permis de retrouver les vestiges d’une occupation du Néolithique moyen (vraisemblablement fortifiée déjà) et d’une autre du Bronze ancien. Les structures laténiennes, toutefois, prédominent et sont bien conservées. La datation de ces différentes occupations est soutenue par une série de dates radiocarbones :

KIA-39601
(7013/0002)
4935 +- 30 BP
95,4 % de probabilité: 3780 BC à 3650 BC

KIA-39845
(7007/0001)
4905 +- 30 BP
95,4 % de probabilité: 3760 BC à 3630 BC

KIA-39847
(B4020/0008)
3800 +- 25 BP
95,4 % de probabilité: 2300 BC à 2130 BC

KIA-39844
(7003/0030)
2170 +- 25 BP
95,4 % de probabilité:
360 BC à 270 BC (51,6 %)
260 BC à 160 BC (42,8 %)
130 BC à 110 BC (1,0 %)

KIA-39841
(12001/0106)
2110 +- 35 BP
95,5 % de probabilité:
350 BC à 320 BC (3,8 %)
210 BC à 40 BC (91,6 %)

KIA-39842
(10003/0018)
2065 +- 25 BP
95,4 % de probabilité: 170 BC à AD

KIA-39843
(10006/0026)
2095 +- 30 BP
95,4 % de probabilité: 200 BC à 40 BC

KIA-39842 (sic: une des deux -42 sera à corriger!)
(7003/0018)
1975 +- 30 BP
95,4 % de probabilité: 50 BC à 90 AD

KIA-39828
(B4025/0014)
1950 +- 25 BP
95,4 % de probabilité: 20 BC à 130 AD

KIA-39603
(B4028/0007)
1895 +- 25 BP
95,4 % de probabilité:
50 AD à 180 AD (91,4 %)
190 AD à 220 AD (4,0 %)

KIA-39846
(11002/0016)
1820 +- 25 BP
95,4 % de probabilité: 120 AD à 260 AD (95,4 %)

A l’intérieur de la fortification, côté rempart est, une zone d’habitat avait pu être dégagée, avec, il est vrai, une seule structure identifiable, un grenier. Nous noterons, parmi le matériel archéologique, un assez grand nombre de fragments de bracelets en verre.
La fortification d’Olloy-sur-Viroin fait partie d’une série (avec celle de Lompret, entre autres) constituant une espèce de ligne de démarcation, derrière laquelle nous placerions volontiers les Aduatuques.



Bibliographie

ANONYME, 1965. Vestiges archéologiques, Olloy-sur-Viroin et la région. Bulletin bimestriel de l'U.C. Olloy Syndicat d'Initiative Générale, XII, p. 37-38.
BEQUET A., 1888. Nos fouilles en 1885, Annales de la Société Archéologique de Namur, XVII, p. 249-251.
BEQUET A., 1890. Relevé des retranchements fortifiés sur les hauteurs, Annales de la Fédération Archéologique et Historique de Belgique, VI, p. 225-226.
CAHEN-DELHAYE A. & JADIN I., 1986. Fouille d'un 'murus gallicus' à Lompret (Hainaut), Infos-Archéo, 12, p. 3-7.
CAHEN-DELHAYE A. & JADIN I., 1990. La place forte de Lompret (Sud du Hainaut belge). In LEMAN-DELERIVE G. (dir.), Les Celtes en France du Nord et en Belgique. VIe-Ier siècle avant J.-C., Bruxelles, Crédit Communal, p. 51-55.
DOYEN J.-M. & WARMENBOL E., 1981. La fortification protohistorique d'Olloy-sur-Viroin, Bruxelles (Publications ... Amphora, XI).
DOYEN J.-M. & WARMENBOL E., 1984. La fortification protohistorique d'Olloy-sur-Viroin (province de Namur, Belgique). In CAHEN-DELHAYE A. et alii (éd.), Les Celtes en Belgique et dans le Nord de la France. Actes du 6ème Colloque de l'A.F.E.A.F., tenu à Bavay et Mons Lille (Revue du Nord, n° spécial hors série), p. 171-179.

STERCKX C., 2005. Les mutilations des ennemis chez les Celtes préchrétiens, L’Harmattan.


WARMENBOL E. & PLEUGER J.-L., 2006. La fortification protohistorique d'Olloy-sur-Viroin (Namur). Campagnes de fouilles 2004 et 2005, Lunula. Archaeologia protohistorica, XIV, p. 135-138.
WARMENBOL E. & PLEUGER J-L. 2007 ; Viroinval / Olloy : fouilles 2004 et 2005 sur la fortification protohistorique du « Plateau des Cinques », Chronique de l’Archéologie wallonne, 14, p.189-192.
WARMENBOL E. & PLEUGER J-L. 2008 ; Viroinval / Olloy : fouilles 2006 sur la fortification protohistorique du « Plateau des Cinques », Chronique de l’Archéologie wallonne, 15, p.199-202.
WARMENBOL E. & PLEUGER J-L. 2009 ; Viroinval / Olloy : fouilles 2007 sur la fortification protohistorique du « Plateau des Cinques », Chronique de l’Archéologie wallonne, 16, p.197-199.

Sources

FECHNER K., 2004.Olloy-sur-Viroin. Rapport de terrain pédologique de la visite du 19 juillet 2004. Rapport interne.
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:35

Quelques illustrations suivront prochainement
:hello
Pièces jointes
poteau-A-w.jpg
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:49

Suite...
Pièces jointes
plan2009.jpg
plan2009.jpg (16.54 Kio) Consulté 8219 fois
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:50

Suite...
Pièces jointes
roche-nord.jpg
roche-nord.jpg (17.49 Kio) Consulté 8218 fois
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:51

La qualité du travail qu'on arrive à faire m'étonne toujours...
Merci Jean-Luc !
((-:amille
Avatar de l’utilisateur
Camille

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 19:58

La qualité vient de la somme de travail fourni et de l'implication de tous dans ce travail...
:ok
Pièces jointes
17009-0002 coupe ap.jpg
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Dimanche 21 Mars 2010, 20:25

La suite des illustrations bientôt! Portez-vous bien...
:d
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Lundi 22 Mars 2010, 14:45

Je suis d'accord avec Camille^^ Chapeau bas :d
par contre j'ai une question: "KIA" ça veut dire quoi ? et la dernière photo que tu as mise, je ne me souviens plus ce que s'est :d
"Peut-on rire de tout ? Ma position sur le sujet, c'est que, si c'est drôle, tu as eu raison de la faire!!" (Coluche)
Avatar de l’utilisateur
Marie-Lucie

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Lundi 22 Mars 2010, 17:20

KIA Dr. Pieter M. Grootes, Dr. Marie-Josée Nadeau
Leibniz-Labor
Christian Albrechts Universität
Max-Eyth-Str. 11
24118 Kiel, Germany
Tel: +49 431 880 3894 (P.M.G.); +49 431 880 7390 (M.-J.N.)
Fax: +49 431 880 7401
Email: pgrootes@leibniz.uni-kiel.de (P.M.G.)
http://www.uni-kiel.de/leibniz/indexe.htm


Laboratoire Université de Kiel, Allemagne, en collaboration avec l'IRPA Belgique (Institut du Patrimoine Artistique)
http://c14.kikirpa.be/search.php

:hello
BONNE FOUILLE!...
La Direction des Fouilles
Jean-Luc

Re: Texte publié dans "Chronique de l'Archéologie wallonne

Message Lundi 22 Mars 2010, 21:26

ouaouh !!! impressionnant tous ces résultats, et en 2010, on continue !!!!

:cowb
Alex


Retour vers Archéologues

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit

cron